Actualités educatives au Burkina Faso

Temps estimé :5 minutes 39 views
Les offres d'emplois au Burkina Faso

Tout les dernières actualités educatives au Burkina Faso. L’éducation au Burkina Faso est structurée à peu près de la même manière que dans le reste du monde : enseignement primaire, secondaire et supérieur. En 2008, malgré les efforts pour améliorer l’éducation, le pays avait le taux d’alphabétisation des adultes le plus bas au monde (25,3%).

L’Initiative de mesure des droits de l’homme (HRMI) constate que le Burkina Faso ne remplit que 61,2 % de ce qu’il devrait remplir pour le droit à l’éducation en fonction du niveau de revenu du pays. HRMI décompose le droit à l’éducation en examinant les droits à la fois à l’enseignement primaire et à l’enseignement secondaire. Tout en tenant compte du niveau de revenu du Burkina Faso, la nation atteint 78,0% de ce qui devrait être possible en fonction de ses ressources (revenus) pour l’enseignement primaire mais seulement 44,3% pour l’enseignement secondaire.

Le Primaire et secondaire au Bukina Faso

La loi sur l’instruction publique rend la scolarité obligatoire de 6 à 16 ans. La langue officielle de l’enseignement est le français.

Selon la loi, l’éducation est gratuite, mais le gouvernement ne dispose pas de ressources suffisantes pour fournir une éducation primaire universelle gratuite. Les enfants doivent payer les fournitures scolaires et les communautés sont souvent responsables de la construction des bâtiments des écoles primaires et des logements des enseignants. Les enfants issus de familles pauvres peuvent continuer à recevoir une éducation gratuite au collège et au lycée, si leurs notes sont admissibles.

banner

En 2002, le taux brut de scolarisation primaire était de 46 % et le taux net de scolarisation primaire était de 36 %. Les taux bruts et nets de scolarisation sont basés sur le nombre d’élèves officiellement inscrits à l’école primaire et ne reflètent donc pas nécessairement la fréquentation scolaire réelle. En 1998, 26,5 % des enfants âgés de 6 à 14 ans fréquentaient l’école. En 2001, 66 % des enfants qui ont commencé l’école primaire étaient susceptibles d’atteindre la 5e année.

Les conditions scolaires sont généralement raisonnables avec un équipement très basique. Légalement, la limite de taille pour une classe est de 65 élèves, mais dans de nombreuses zones rurales, les classes sont beaucoup plus grandes en raison du manque d’écoles. Si une école est pleine, les enfants peuvent être refusés et devront réessayer l’année suivante.

Il existe une Ecole Internationale de Ouagadougou ouverte aux ressortissants étrangers et Burkinabè.

Séance scolaire

Une semaine s’étend du lundi au samedi, les écoles étant fermées le jeudi. Le Burkina Faso a un programme scolaire national. Les matières enseignées comprennent la production, où les enfants peuvent apprendre à planter du maïs et des arbres ou à élever des poulets, sur le terrain de l’école. Ils font une pause entre midi et 15h.

L’enseignement supérieur

En 2010, il y avait trois principales universités publiques au Burkina Faso : l’Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso, l’Université de Koudougou et l’Université de Ouagadougou. Le premier établissement d’enseignement supérieur privé a été créé en 1992 et l’Université Libre de Ouagadougou a démarré ses activités en 2000. L’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest a ouvert son campus burkinabé à Bobo-Dioulasso en 2000 avec une spécialité agro-alimentaire, et l’Université catholique Saint-Thomas-d’Aquin en 2004 à Ouagadougou. Les taux d’encadrement sont différents d’une université à l’autre. A l’Université de Ouagadougou, il y a un maître de conférences pour 24 étudiants, tandis qu’à l’Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso, il y a un maître de conférences pour trois étudiants.

L’offre d’enseignement supérieur est fortement centralisée à Ouagadougou. En 2010/2011, l’Université de Ouagadougou comptait environ 40 000 étudiants (83% de la population nationale d’étudiants universitaires), l’Université de Koudougou comptait 5 600 étudiants et l’Université polytechnique de Bobo-Dioulasso en comptait 2 600. Les universités privées comptaient chacune moins de 1 000 étudiants.

L’Université de Ouagadougou a fermé ses portes pendant deux mois en 2008, à la suite de protestations étudiantes contre les conditions de travail et le non-paiement de leurs bourses. L’un des résultats a été la création de l’Université de Ouagadougou II à 20 km à Saaba, pour soulager la pression sur les installations surpeuplées. Il enseigne désormais le droit, la politique, l’économie et la gestion aux étudiants anciennement sur le campus principal et les étudiants reçoivent des diplômes de l’Université de Ouagadougou. Il existe également des cours en ligne via l’Institut de Formation Ouverte à Distance (IFOAD).

En 2014, l’Université de Ouagadougou a reçu un financement de l’OPEP pour de nouvelles installations. Aucune des universités du pays n’est classée dans les listes d’enseignement supérieur comme les Time Higher World Universities, probablement parce que la langue d’enseignement est le français, les professeurs n’ont pas le temps de faire beaucoup de recherches, on compte sur l’aide internationale pour soutenir certains aspects de l’éducation publique, et la taille des classes dans la principale université publique est importante. Néanmoins, il existe des possibilités d’étudier jusqu’au niveau doctoral.

Administration

L’Université de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso est composée de cinq niveaux de décision : le conseil d’administration, l’assemblée universitaire, le conseil universitaire, les établissements et les départements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager

Actualités educatives au Burkina Faso

Ou copier le lien

Table des matieres: